234926  Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph, dérape 

Saint-Joseph

Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph, dérape

La décision d’interdire l’accès d’un espace vert considéré par le collectif des usagers des jardins de Manapany comme un domaine public sur Manapany n’a pas manqué de créer des tensions à Saint-Joseph. Mais un cran a été franchi, le 22 septembre lorsque, Patrick Lebreton, maire de Saint-Joseph, interpellé par des manifestants a invectivé ces derniers de façon peu amène.

Manapany « ti coin charmant » tout le monde connait. Un 1er magistrat qui dans une discussion compare un administré à un « Con-tribuable » là, les Réunionnais connaissent moins.

C’est pourtant ce qui s’est produit mardi 22 septembre à Manapany. Interpellé par le collectif des usagers des jardins de Manapany soutenu par le gilets jaunes des Azalés, le maire de Saint-Joseph n’hésite pas à avoir des propos peu dignes d’un 1er magistrat.

En effet, sous les questions pressantes des manifestants voulant avoir des explications sur la fermeture de ce qu’ils considèrent comme un jardin public, le maire de Saint-Joseph s’emporte et dit à des interlocuteurs qui s’expriment en français de parler créole avant de dire à une interlocutrice « met ou chignon su out pied ».

Là n’est pas la pire offense. Puisque celui-ci n’hésite pas à dire que « Na un boug kan i coz là i sent la merde » (NDR : Il y a un homme ici quand il parle, ça sent la merde).

Toujours dans le même registre, face à un autre manifestant qui l’interpelle celui-ci vocifère « un contribuable ou ? en deux mots. (NDLR : un con tribuable).

Qui voudrait allumer un incendie ne s’y prendrait pas mieux quand bien même que le domaine que le collectif voudrait voir dans le domaine public a été acheté en 1967 et fait partie du domaine communal mais privé.

le 26/09/2020 à 12h59min29s Lu 0 fois

commentaires momentanément suspendus

Commentaires