« Cachez ces pauvres que je ne saurais voir ! »

Ce vendredi 15 juillet, Michel FONTAINE, Maire de Saint Pierre a pris un arrêté municipal (REG0352PG2022) interdisant purement et simplement la possibilité de mendier dans les rue du centre-ville de la commune. Le même Michel FONTAINE qui quelques jours plutôt s’imaginait en parangon de « la lutte contre la misère » essaye de cacher la misère des citoyens dont il est le responsable et l’obligé avec pour motif principal « l’affluence importante des touristes pendant la période de vacances scolaires » : une véritable tartufferie !

Après avoir vendu la moitié du front de mer à des fast-foods américains et fait de la commune le temple de la malbouffe et de la surconsommation, Monsieur le Maire veut interdire la solidarité et la fraternité entre les citoyens. 

Cet arrêté porte atteinte à la liberté d’aller et venir des plus précaires au bénéfice de la commodité de passage des mieux lotis. Cette volonté de faire disparaitre la misère réelle résonne comme une agression supplémentaire faite aux plus précaires. Dans une ville classée parmi les 20 plus pauvres de France c’est la pauvreté que nous devons combattre et non les pauvres. 

Les personnes devant recourir à la mendicité ne sont pas des criminels mais des victimes d’un système économique profondément injuste ; préférant gaver les fortunes les plus riches que de partager les richesses produites par les travailleurs. Michel Fontaine se fait une fois de plus le bras armé de ce système. 

Au lieu de fournir des solutions adéquates de logement, un accompagnement humain, psychologique et social adapté à ce public très vulnérable, comment peut-on imaginer avoir recours à la sanction et à l’amende financière ? Ainsi en plaçant ces personnes dans un cadre contraventionnel, le maire de SaintPierre ne fait que renforcer leur stigmatisation et leur isolement. 

Augmentation de la capacité d’accueil des centres d’hébergement, coordination entre les unités d’accompagnement psychiatriques du CHU, du CCAS et du département, augmentation des budgets des associations luttant contre le sans-abrisme, …. sont autant de pistes que la municipalité aurait pu suivre.

Cet arrêté est une faute politique et morale que nous dénonçons et désapprouvons totalement. Nous demandons le retrait de l’arrêté municipal « anti-mendicité » et que des mesures visant à sortir les personnes sans domicile fixe de la misère soient prises, leur redonnant la dignité et la considération qu’ils méritent. 

Nous appelons l’ensemble des élus de l’opposition, comme de la majorité à se désolidariser de cet arrêté et de peser de tout leur poids au conseil municipal pour faire retirer cet arrêté honteux. 

Emmanuel DOULOUMASaint Pierre Plus Verte

Thomas PEREZLa France insoumise Saint Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *