Le belvédère de Bois-Court se transforme

Connu pour ses points de vue sur le rempart, le village de Grand Bassin, le Bras de la Plaine et le Bras de Cilaos, le site du belvédère au Bois Court accueille chaque weekend près de 2 000 personnes à La Plaine des Cafres bien que «les kiosques existants, la halle du marché et la passerelle d’observation s’inscrivent dans le
zonage d’interdiction du Plan de prévention des risques (PPR) multirisques de la commune du Tampon approuvé le 20 octobre 2017».

Site exceptionnel dans les hauts de l’île et donc sur la commune de Le Tampon, l’autorité administrative du territoire, en l’occurrence son maire, André Thien Ah Koon, a décidé d’en améliorer les contours au travers d’un projet paysager pour la coquette somme de 4 880 330 € TTC.

Outre l’idée de créer deux giratoires au niveau des échanges du  chemin Piton Bleu et la RD 70, outre l’idée de réaliser une structure de chaussée supportant le trafic rural et des bus, le commanditaire du projet entend aussi faire une voie de circulation piétonne en béton autour des commerces qui s’y trouvent et créer 300 places de parking dont 12 places de stationnement dédiées au Personnes à Mobilité Réduite (PMR) afin de parer à l’anarchie qui y règne pour ne citer que ces éléments nonobstant la construction de 20 kiosques types stands ouverts.

Commencé entre octobre 2017 et mars 2018 mais stoppé par deux arrêtés préfectoraux de mise en demeure en date du 9 août 2018 demandant à la mairie de Le Tampon « de régulariser la situation administrative des installations d’extraction des matériaux minéraux d’une part, et de stockage de déchets inertes d’autre part »  comme le révèle le délibéré de la Mission Régionale d’Autorité environnementale (MRAe)  de La Réunion, faute d’autorisation préfectorale accordée préalablement au démarrage des travaux, ce projet paysager semble donc bien avoir repris de plus belle depuis que le permis d’aménager déposé le 4 mai 2021 a été jugé complet et régulier le 20 mai de la même année.

Ces travaux prévoient donc le terrassement de 38 121 m3 de terrain dont 10 000 m3 de remblais réutilisés à ceci près peut-être que ceux-ci sont « susceptibles de favoriser la dissémination des espèces de flore exotiques et envahissantes ».

Mais au-delà de ces aspects, la commune prévoit tout de même de n’installer aucun éclairage public afin de préserver l’avifaune marine. En effet Grand Bassin est le lieu obligé des Pétrel de Bourbon (Pseudobulweria aterrima) qui ne nichent qu’à La Réunion.

Pour renforcer l’attractivité du lieu, la collectivité sudiste entend aussi aménager l’espace de plantes endémiques sans se soucier toutefois de l’impact visuel du site.

Contrairement à ce qui aurait pu être dit ou imaginé voire décidé au départ, il n’est plus prévu pour le moment sur le site ni de lodge ni de piste d’hélistation. En effet, l’hélisurface a été retirée du programme des travaux « en raison des enjeux écologiques particulièrement prégnants sur ce
secteur de la commune ».

Reste qu’en définitif, le site du belvédère va voir sa physionomie se transformer au grand dam des puristes qui n’y trouvent aucun intérêt et au grand bonheur de ceux qui y ont à gagner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.