Un abbé s’en prend à la République dans une vidéo datée de 2021

Dans son prêche un abbé de l’église traditionaliste Saint-Nicolas-du-Chardonnet, critique très vertement et très ouvertement les fondements de la République.

C’est ainsi que dans son prêche l’abbé Chautard  dans une vidéo datée du 2 mai 2021 dit « actuellement dans notre société, ce culte de la laïcité qu’est-ce que c’’est ? C’est le rejet de Dieu. Regardez cette religion de la République, cette religion des sans Dieu qui est inculquée dès l’enfance, dans les écoles primaires, puis dans les collèges, dans les lycées, dans les universités. Regardez ces lois immorales qui sont votées. Regardez ces vices qui sont encouragés, légalisés, remboursés. Cet avortement, ces mœurs contre nature. Toute cette destruction de la famille, de la société chrétienne. Tout ça notre société l’encourage. Tout ça notre société le présente comme bon et condamne ceux qui s’opposent à cela. Et va lutter contre ceux qui cherchent à limiter, à interdire, à supprimer l’avortement ou les mariages contre nature. Regardez cette prétention à la liberté de conscience, à la liberté d’expression, à la liberté de penser, c’est la liberté de refuser la révélation de Dieu. C’est la liberté de refuser de se soumettre à la parole de Dieu. C’est ça que ça veut dire. C’est un écho de ce cri de Lucifer. Là encore est-ce que notre société ne place pas l’ordre humain, l’ordre républicain, au-dessus de l’ordre divin ? Quand Jacques Chirac … disait qu’il ne peut y avoir de lois religieuses au-dessus des lois de la République n’était-il pas le porte-voix du non serviam de Lucifer ? »

La vidéo donc datée du 2 mai 2021, intitulée « Nous vivons une époque luciférienne » est toujours consultable sur la plateforme YouTube et interroge sur l’équité du ministère de l’Intérieur face à un imam qui ne cache pas son animosité à l’égard de la France et qui fait l’objet d’un arrêt d’expulsion en suspens et d’un religieux catholique qui n’est pas sans prêcher la même chose.

Le ministère de l’Intérieur va-t-il l’expulser comme s’interrogent certains internautes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.