Coupable d’homicide involontaire, elle est dispensée de peine

Le 31 août 2010, dans un Ehpad, une aide-soignante avait interverti deux piluliers après un service très perturbé.

Cette confusion a entrainé la mort de l’une des pensionnaires âgées de 89 ans par œdème pulmonaire du fait d’un surdosage.

Bien que la procureure de la République de Nîmes ait requis 5 mois de prison avec sursis, le tribunal l’a reconnue coupable avec inscription au casier judiciaire mais avec dispense de peine.

La défense avait montré les conditions de travail de cette dame aujourd’hui âgée de 70 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.