Pitahaya, la plante auto stérile aux fruits goûteux et coûteux

Beaucoup de Réunionnais ont dans leur jardin un pied de pitahaya connu aussi sous le nom de fruit du dragon.

Originaire dit-on du Mexique ou de la Colombie, et répondant au nom scientifique de Hylocereus undatus (cierge des forêts), la plante donne un fruit gouteux à la pulpe rouge, blanche ou jaune.

Le souci c’est que si dans son pays d’origine, la fleur de la plante est fécondée par une chauve-souris pollinivore la nuit, à La Réunion malheureusement cette variété de petits mammifères nocturnes n’existe pas.

Le pire c’est que la plante est auto stérile entendons qu’elle ne peut être fécondée ni par son propre pollen ni par le pollen d’une fleur qui lui serait voisine.

Pour avoir des fruits il faut donc d’après les spécialistes, utiliser le pollen de deux espèces différentes.

Ainsi, si on a le pitahaya blanc, il faut utiliser le pollen du pitahaya rouge pour féconder la plante et vice-versa et ce d’autant plus que la fructification naturelle n’a lieu que très rarement.

Pourtant les abeilles aiment à visiter la fleur qui s’ouvre vers 19h jusqu’à 11h le lendemain avant son déclin.

Les amateurs du pitahaya se retrouvent donc la plupart du temps sans fruit en ce que, s’ils n’ont que l’une des variétés ils ne peuvent féconder la fleur.

On peut comprendre alors la cherté du produit sur les étales au vu de leur rareté à La Réunion.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *