Un resto dans le collimateur de consommateurs sur Le Tampon

De plus en plus de restaurants ouvrent leurs portes sur La Réunion. Parmi ceux-ci d’aucuns ont, à force de ténacité, de volonté, réussi à s’imposer sur ce marché très concurrentiel au point de se trouver dans diverses régions du département et de s’afficher sur les endroits les plus vendeurs avec des formules parfois à volonté.

Le succès d’une telle réussite semble parfois aveugler les gérants qui oublient que le consommateur réunionnais a le palais très fin et n’hésite pas, lorsque le produit lui semble avarié de faire des réclamations.

C’était le cas aujourd’hui sur Le Tampon où cinq jeunes filles se sont présentées à un restaurant face à la mairie de la commune pour commander cinq repas.

Si d’ordinaire tout allait pour le mieux, ceux-ci relatent que ce jour, elles ne purent consommer les barquettes.

En effet, selon leurs dires, ceux-ci avaient au premier abord un parfum douteux. Mais c’est en commençant à consommer qu’ils se rendent compte que les plats qu’ils ont achetés paraissent avariés les obligeant à les jeter à la poubelle.

Pris par le temps, elles n’osent retourner vers ledit restaurant et regagnent leur lieu travail. Arrivés là-bas, l’une d’elles se sentant grugée décide alors de téléphoner l’entreprise alimentaire.

Elle explique à la vendeuse qu’elle et ses quatre collègues ont acheté cinq barquettes ce midi mais qu’elles n’ont pu les consommer du fait que celles-ci étaient à leur sens avariées.

Son interlocutrice l’invite donc à revenir à 15h pour qu’elles se fassent rembourser.

A 15h donc, les voici dans le restaurant pour se faire rembourser. Malheureusement les choses ne se passent pas comme dit au téléphone.

En effet, la serveuse prétend que la réclamante n’a cité que 2 repas avariés et refuse de ce fat de rembourser les trois autres jeunes filles. Un langage de sourd s’installe alors et la serveuse leur dit alors en remboursant seulement deux repas que « c’est la dernière fois » et que pour toutes les autres réclamations il leur appartient de faire une demande écrite à la manageuse.

Une attitude jugée désinvolte et malhonnête selon le témoignage des jeunes consommatrices qui nous font savoir que de leur côté c’est aussi la dernière fois qu’elles mettent les pieds dans ce restaurant.

L’affaire est d’autant plus entendue que ces jeunes en informent d’autres de la situation.

Certes le restaurant ne fermera pas de sitôt tant il est bien implanté à La Réunion. Mais une telle publicité faite par des jeunes qui n’entendent pas se laisser faire, aura, forcément des répercussions sur l’image de marque dudit réseau de restauration qui ne jouit plus de l’aura de ses débuts.

Il aurait mieux valu rembourser ses repas supposés non conformes plutôt que de risquer un scandale comme constaté ce jour et une plainte auprès de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP) de la préfecture qui si elle en était informée ne se priverait pas de contrôler la structure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *