Apollo 21, peine confirmée pour deux Français condamnés à Madagascar

En juillet 2021, alors qu’un français s’apprête à quitter Madagascar avec sa femme, celui-ci ainsi que cette dernière sont arrêtés par la douane.

L’homme en question n’est autre qu’un ancien colonel de l’armée française répondant au nom de Philippe François. Il est issu de Saint-Cyr et après sa carrière militaire celui-ci se reconvertit dans le civil.

En 2020, il se rend à Madagascar pour devenir directeur de SmartOne, une entreprise d’intelligence artificielle dont il démissionnera quelque temps plus tard.

C’est dans ce cadre qu’il fait la connaissance de Paul Rafanoharana,un ancien gendarme qui vient lui aussi de Saint-Cyr et de nationalité franco-malgache. Celui-ci est un ancien conseiller du président Andry Rajoelina.

Ils se lient d’amitié et créent Tsara First dans le but d’aider au développement de Madagascar.

Malgré ses engagements les affaires ne vont pas bon train et pour achever le tout sa femme tombe malade ce qui l’oblige à devoir revenir sur le sol français. C’est donc dans ce cadre qu’il est arrêté.

Le motif évoqué est un projet de coup d’État nommé Apollo 21. Ainsi le colonel français serait coupable avec Paul Rafanoharana et d’autres personnes d’avoir fomenté un coup d’État.

Pour s’en prévaloir l’État malgache donne à savoir dans la presse une lettre écrite par Paul Rafanoharana et adressée à CEO de Benchamark Group qui est l’actionnaire principal de Madagascar Oil.

Pour répondre de cet acte, le 21 décembre 2021 un procès a lieu. Lors de ce procès on accuse Philippe François et Paul Rafanoharana d’avoir créé une société écran notamment la Tsara First pour cacher leurs réelles intentions à savoir celui d’assassiner le président malgache.

Huit jours après et à l’issue de ce procès, Paul Rafanoharana et Philippe François sont condamnés respectivement à 20 et 10 ans de travaux forcés et emprisonnés à Tsiafahy, à 30 km d’Antananarivo.

Pour échapper à cette condamnation ils feront appel.

Ce vendredi 26 août, la sentence est tombée. La Cour de cassation malgache rejette leurs demandes et confirme donc leur condamnation.

Leurs avocats vont tenter de les faire extrader vers la France mais avec le risque de reconnaitre qu’il y a bien eu tentative de nuire à la sureté de l’État malgache relate de son côté Le Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.